Plan d'organisation du centre de santé Laafi

 

 

Organisation &  gestion locale  du centre

de santé Laafi la Boumbou de Kokologho

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                      

 

 

 

 

Adopté par le conseil d’administration le 28 mai 2016

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  1. I.                    INTRODUCTION

La Loi sur les services de santé et les services sociaux prévoit que chaque établissement doit se doter d’un plan d’organisation. Au-delà de la lettre, l’esprit de la Loi consiste à favoriser une démarche où les instances décisionnelles d’un établissement s’attardent à définir les rôles et responsabilités au sein de l’organisation afin de lui permettre de remplir sa mission avec efficacité et efficience. La structure administrative est un outil visant à mieux répondre aux besoins des patients.

De façon plus précise, le plan d’organisation du Centre de santé Laafi la Boumbou de Kokologho se veut un instrument permettant d’exercer de façon optimale ses responsabilités en matière d’accessibilité, de continuité et de qualité de soins et de services adaptés aux besoins des bénéficiaires. C’est dans cette optique que nous avons choisi d’établir les assises de l’organisation clinique et administrative en s’appuyant sur une approche par programmes-patientèles, traduit en langue nationale mooré (soulsouly) laquelle consiste à regrouper les opérations et les ressources autour de groupes homogènes de personnes présentant des besoins similaires de soins et de services.

Au vu de l’extension et des nouveaux services envisagés, le centre de santé Laafi la Boumbou aura un volet centre hospitalier et sera affilié centre hospitalier régional. A ce titre il sera impliqué en enseignement et en recherche.  Le plan d’organisation doit donc prévoir que le volet hospitalier bénéficie de conditions favorables à sa consolidation et à son développement. Enfin, comme toute organisation, le centre de santé assure la gestion des ressources humaines, matérielles, financières et informationnelles nécessaires à l’atteinte de ses objectifs. Le plan d’organisation définit des mécanismes de support administratif et technique en vue d’assurer la mise en place des meilleures pratiques de gestion des fonds publics mis à sa disposition.

2. LES ASSISES DU PLAN D’ORGANISATION

2.1. La raison d’être

Comme tout établissement du réseau de la santé et des services sociaux, le centre de santé Laafi la Boumbou trouve sa raison d’être dans le fait que chaque personne ou groupe de personnes va requérir au cours de son existence, des soins et des services en vue de maintenir et d’améliorer sa capacité physique, psychique et sociale. C’est à partir de cette prémisse qu’il devient important pour le centre de santé  de définir la mission qu’il entend exercer au regard de la satisfaction des besoins de la population qu’il dessert.

2.2. La mission, la vision et les valeurs 

 Le centre a pour mission de : Maintenir et améliorer l’état de santé et de bien-être de la population locale et régionale

♦ offrir des soins et services de qualité optimale, sécuritaires, accessibles et continu

 ♦ offrir à la population de façon continue, sécuritaire et dans les meilleures conditions d’accessibilité : ¾ des soins et services de santé et des services sociaux en terme de prévention, de promotion, de protection, de surveillance, de diagnostic, de traitement, de réadaptation, de soins de longue durée et fin de vie à la population du réseau local de services (RLS) de Kokologho ¾ des soins et des services généraux à la population du bassin du centre Ouest en continuité avec les autres établissements;

 ¾ des soins et des services spécialisés  à l’ensemble de la population de la commune rurale de Kokologho.

♦ mobiliser et coordonner tout le réseau local des services de santé et services sociaux en vue d’améliorer l’état de santé et de bien-être de la population de la province du Bulkiembdé;

♦ appuyer la population locale et régionale dans ses efforts pour améliorer sa santé et son bien-être;  ♦ offrir un milieu de formation pour des étudiants de niveau secondaire, collégial et universitaire;

♦ offrir un cadre propice à la sensibilisation et aux dépistages des maladies dans un milieu de recherche clinique et d’évaluation des nouvelles technologies et des modes d’interventions en santé. Le centre de santé contribue au développement du réseau socio sanitaire régional et provincial en y exerçant un leadership d’expertise et de compétence dans le respect des missions des autres établissements.

2.2.2. La vision De façon plus détaillée

 Le centre de santé est reconnu et s’engage à continuer à être : Au plan des soins et services : Exceller en réseau pour une région en santé

♦ un établissement qui met tout en œuvre afin d’améliorer l’autonomie régionale en matière de prestation de services;

 ♦ un établissement responsable qui mobilise son réseau local en partenariat;

♦ un établissement caractérisé par des pratiques de soins et de services appropriées, sécuritaires, novatrices ;

♦ un partenaire ouvert, dynamique auprès des autres établissements de la région et des régions avoisinantes;

♦ un établissement qui respecte les délais critiques dans ses listes d’attentes;

♦ un établissement où le citoyen responsable est intégré dans les démarches de prévention et dans le continuum de soins.

♦ un centre affilié hospitalier qui anime la collaboration de tous les établissements de la région;

♦ un établissement qui offre la formation médicale complète et valorise l’acquisition de compétences en vue d‘une pratique dans les communes rurales et dans la région;

♦ un établissement qui anime un processus de formation continue pour les employés, les médecins et la population. Au plan de la recherche :

♦ un établissement qui développe des alliances stratégiques avec les meilleurs partenaires aux plans local, régional, national et international;

♦ un établissement qui devient l’auteur de projets de recherche réalisés ou dirigés en région. Ceux-ci visent l’innovation et agiront comme levier dans le développement d’une pratique basée sur les données probantes au profit des prestataires de soins et de services et des diverses clientèles de même qu’au bénéfice de l’enseignement. Au plan de la gestion des ressources humaines:

♦ un milieu reconnaissant envers ses ressources humaines qui met tout en œuvre pour être un milieu de travail attractif;

♦ un établissement qui se préoccupe du développement des compétences de façon continue;

♦ un établissement qui se préoccupe de la santé et du bien-être de ses ressources humaines.

 

2.2.3. Les valeurs

 Les valeurs suivantes adoptées par le centre de santé guident les activités de chaque personne œuvrant dans l’établissement :

♦ les malades , au cœur de nos préoccupations;

♦ une approche humaine et personnalisée;

 ♦ des soins et services de qualité optimale et sécuritaires;

♦ des équipes professionnelles hautement compétentes et en santé.

 

2.3. L’approche par soulsouly (le comment)

Les populations défavorisées sont au cœur de nos préoccupations et l’objectif central du plan d’organisation consiste à doter l’établissement d’une structure clinique et administrative qui favorise l’accessibilité, la continuité, la qualité et la sécurité des services et la prise de décision le plus près possible de la population.

 

C’est dans cette optique que le centre de santé laadfi la Boumbou choisit une structure basée sur l’approche par soulsouly, de préférence au modèle traditionnel basé davantage sur le regroupement d’intervenants d’une même profession dans une unité administrative.

 

2.3.1. Le concept d’approche par soulsouly

 

On ne peut parler d’approche par programmes-patientèle  sans rappeler les grands objectifs qui supportent la mise en place du projet clinique lesquels visent principalement à :

 

♦ répondre aux besoins de santé et de bien-être de la population desservie;

 

♦ se doter de modes de prestation de soins et de services adaptés à la réalité locale;

 

♦ favoriser une meilleure articulation des soins et des services autour des populations;

 

♦ intervenir de façon globale, c’est-à-dire de la promotion de saines habitudes de vie au soutien en fin de vie en passant par le traitement et la réadaptation;

 

♦ Optimiser l’accessibilité, la continuité, la qualité et la sécurité des soins et des services.

 

 

Pour sa part, l’approche par soulsouly consiste à :

♦ regrouper en programmes une masse critique d’intervenants et d’activités cliniques inter reliées;

 

♦ consolider une approche centrée sur l’usager;

 

♦ mettre en place des processus qui favorisent une réponse mieux intégrée afin de répondre aux besoins de la population dans un continuum de soins et de services qui va de la première ligne aux services spécialisés ;

 

♦ regrouper les différents intervenants en équipes interdisciplinaires.

 

2.3.2. Les avantages  des programmes patientèles dit : soulsouly

À la lumière de ce qui précède, les principaux avantages de soulsouly se résument ainsi;

 

♦ le travail est organisé en fonction des besoins des malades et les intervenants provenant de plusieurs disciplines travaillent en équipes interdisciplinaires, relevant d’une même autorité, ce qui facilite la coordination des soins et services et la prise de décision le plus près possible de l’usager, améliorant ainsi l’accessibilité et la continuité des services;

 

♦ la synergie créée par le travail en équipe interdisciplinaire permet le développement professionnel et partout, une meilleure qualité de soins et services;

 

♦ L’accent est mis sur l’intégration des soins et des services favorisant ainsi la collaboration entre les intervenants et permettant de simplifier, de rationnaliser et d’harmoniser les processus de travail;

 

♦ Le modèle de gestion que nous adoptons est composé :

 

♦ Le comité administratif de l’Association des diabétiques Laafi la Boumbou de Kokologho

 

♦ Le comité administratif médical

 

♦ Le comité de gestion  du centre médical et des affaires financières.

 

Ce modèle favorise une plus grande implication de tous les acteurs dans l’adaptation de l’offre de services et l’utilisation optimale des ressources disponibles. La coordination d’ensemble est assurée au niveau administratif, par le Président de l’association et responsable des opérations et par le directeur des services professionnels au niveau médical.

 

3. La gestion stratégique

 

Comité d’administration de l’association des diabétiques Laafi la Boumbou de kokologho

 

3.1.1. Sommaire du rôle et des responsabilités du comité d’administration de l’association des diabétiques

 

Le rôle du comité d’administration consiste principalement à veiller à ce qu’il y ait adéquation entre la gestion des ressources mises à la disposition de l’établissement et les priorités et orientations adoptées au regard des patients à desservir et des services à leur offrir.

 

Le Président du comité d’administration doit notamment s’assurer :

♦ du respect du cadre de référence au regard de la mission, de la vision et des valeurs organisationnelles;

 

♦ de la pertinence, de la qualité, de la sécurité et de l’efficacité des services dispensés;

 

♦ du respect des droits des patients et du traitement diligent de leurs plaintes;

 

♦ de l’utilisation économique et efficiente des ressources humaines, matérielles, financières et informationnelles;

 

♦ de la participation, de la motivation, de la valorisation, du maintien des compétences et du développement des ressources humaines.

 

Certaines responsabilités spécifiques sont également dévolues au conseil d’administration. Il doit notamment :

 

♦ nommer le directeur du centre de santé;

 

♦ nommer le délégué  à l’information et aux affaires de partenariat entre le ministère de la santé et les autres centres de santé de la région

 

♦ nommer un commissaire local aux plaintes et à la qualité des services;

 

♦ donner mandat à un expert comptable externe pour les vérifications des comptes.

 

♦ allouer les ressources financières nécessaires au fonctionnement des différents services offerts par l’établissement.

 

3.1.2. Le rôle et responsabilités du comité d’administration médical

 

Le comité d’administration médical est responsable, sous l’autorité du comité d’administration de l’association , de l’ensemble des activités de gestion stratégique et de gestion courante des activités et des ressources en vue de permettre la réalisation de la mission et des objectifs du centre de santé Laafila Boumbou.

 

De façon plus précise, le mandat du directeur du centre médical consiste à :

 

♦ voir à la production et à la transmission de toute l’information de gestion requise par le conseil d’administration en vue de s’acquitter de ses responsabilités;

 

♦ veiller à la mise en place des priorités et orientations adoptées par le conseil et à l’exécution de toute autre décision prise par ce dernier;

 

♦ s’assurer que la coordination et la surveillance de l’activité clinique exercée au centre médical soient effectuées;

 

♦ préparer et proposer au conseil d’administration un plan d’organisation administratif, professionnel et scientifique, et voir à son implantation;

 

♦ établir avec le comité d’administration de l’association, la planification stratégique du centre médical et voir à son actualisation;

♦ établir avec les partenaires externes, tous les liens nécessaires à l’accomplissement de la mission du centre médical;

 

♦ s’assurer de l’élaboration, de la diffusion et de l’application d’un code d’éthique indiquant les droits des patients, de même que les pratiques et conduites attendues à l’égard des patients de la part de toutes les personnes œuvrant au centre médical;

 

♦ participer à la nomination d’un commissaire local aux plaintes et à la qualité des services et un délégué pour les programmes patientèles soulsouly;

 

♦ veiller à ce que le commissaire local aux plaintes et à la qualité des services puisse exercer ses fonctions en toute indépendance et disposer de l’information et des ressources requises;

 

♦ voir à la désignation d’un médecin examinateur pour l’examen des plaintes qui concernent un médecin, une ou un infirmier….

 

♦ participer aux travaux des différents conseils professionnels et faciliter l’exercice de leur mandat;

 

♦ s’assurer de l’élaboration d’un plan de développement des ressources humaines;

 

♦ fournir au conseil, tout le support logistique nécessaire au regard notamment du secrétariat et de la gestion documentaire.

 

3.2.2. Le comité de gestion financière de l’association et du centre médical

♦ Le comité de gestion financière de l’association et du centre médical est administré par 4 secteurs :

1-      La trésorerie

2-      Le comité local de gestion

3-      Le vérificateur de compteexterne

4-      Les commissaires aux comptes de l’association

 

♦ L’organe responsable des comptes de l’association est trésorerie. Le trésorier a pour rôle :

1-      Contrôler le bon versement des cotisations par les membres de l’association ;

2-      Effectuer un suivi des dépenses et établir un classement de leurs justificatifs ;

3-      Établir le budget prévisionnel soumis à l’assemblée générale de l’association ;

4-      Participer à l’élaboration du dossier en cas de demande de subvention pour l’association en établissant notamment le budget prévu pour chaque activité ;

5-      Gérer les comptes bancaires de l’association et du centre médical ;

6-      Établir un rapport financier approuvé par le vérificateur externe de compte, présenté à l’assemblée annuelle de l’Association.

 

♦Le Comité local de gestion

Le comité local de gestion est la structure communautaire de proximité chargé de la gestion du Centre de santé. À cet effet, chaque village bénéficiaire du projet choisira un délégué. Ces délégués seront chargés entre autres, de renforcer la dynamique sociale, de mettre en place un système de collecte de fonds nécessaires à la vie du Centre de santé. Les montants collectés périodiquement  permettront de couvrir les dépenses de fonctionnement. En outre le Comité local de gestion assurera la liaison avec la Comité administratif médical. Le comité local de gestion peut à tout moment demander des justificatifs de la tenue des comptes et collabore avec les commissaires aux comptes, ils peuvent faire appel au vérificateur de compte sans l’aval du trésorier.

♦ Le vérificateur de compte externe

Le vérificateur externe est un professionnel qui exerce ses activités au sein d'un cabinet d'audit que l’association a donner mandat de vérificateur des comptes de l’association et du centre médical.

Son rôle est de diagnostiquer la situation des comptes et d'émettre des recommandations objectives. Il certifie également les comptes. Contrôle la conformité du fonctionnement de l’association et du centre médical. Rédige des rapports d’audit au comité suisse de soutien, et les ONG partenaires nationales et internationales.

Cette mission a été confiée à la SVDG- Afrique (sauver – Vérifier – Dynamiser & Guider les organisations, pour une durée de 3 ans renouvelable.

♦ Les commissaires aux comptes

Comme dans les associations, la mission de commissaire aux comptes dans une association est définie par la loi.

Dans le cadre de cette mission, les commissaires procèdent à un audit des comptes annuels de l’association, ayant pour objectif de « certifier que les comptes annuels sont réguliers et sincères et donnent une image fidèle du résultat des opérations de l’exercice écoulé ainsi que de la situation financière et du patrimoine de l’association ».

Les commissaires aux comptes doivent également vérifier la sincérité et la concordance avec les comptes annuels des informations données dans les documents remis ou adressés aux membres (analyses, suivi budgétaire, rapport moral, rapport financier, rapport de gestion du conseil d’administration, …).


Au cours de leur mission, ils sont amenés également à demander aux dirigeants la confirmation écrite de certaines déclarations (engagements éventuels vis-à-vis de tiers, contentieux en cours, ...) et à procéder à certaines vérifications ou travaux spécifiques (conventions réglementées, ...). Ils collaborent avec le vérificateur de compte.

 

Il est important de rappeler que l’établissement des comptes annuels incombe aux dirigeants de l’association et que cette responsabilité implique la tenue d’une comptabilité et un système de contrôle interne adéquats, la définition et l’application de politique d’arrêté des comptes et des mesures de sauvegarde des actifs.


Au-delà des contrôles classiques mis en œuvre, le commissaire aux comptes vérifie :
 le respect des contrats de partenariat avec les divers organismes publics ou privés,
 l’exhaustivité et la réalité des subventions comptabilisées,
 le respect des enregistrements des dettes et des créances acquises et notamment l’application du principe de séparation des exercices,
 l’absence d’erreurs significatives au niveau des charges liées au personnel (salaires, charges sociales),
 les conventions réglementées,
 les budgets.


Enfin, toute immixtion dans la gestion lui est interdite et il a l’obligation de révéler au procureur de la République les faits délictueux dont il pourrait avoir connaissance au cours de sa mission.

Il importe de signaler que l’ensemble des structures de gestion du Centre de santé Laafi la Boumbou, se sont engagées fermement à travers des lettres d’engagements.

 

Généralités du rôle du comité de gestion financière de l’association et du centre médical

 

Sous l’autorité du Président de l’Association des diabétiques Laafi la Boumbou, le comité de gestion financière directeur est responsable des opérations exerce une autorité fonctionnelle sur l’ensemble des activités de gestion courante reliées aux opérations de l’établissement.

 

Dans l’exercice de ses fonctions, il assure la coordination et le suivi des opérations des différentes directions. . Il collabore étroitement avec le directeur des services professionnels, à l’implantation et à l’encadrement d’un modèle de cogestion médicale et clinico-administrative à l’intérieur des programmes-patientèle.

 

De façon plus spécifique, ses fonctions consistent à` :

 

♦ coordonner l’implantation et l’évaluation des programmes-patientèles et ce, en relation avec les objectifs du projet clinique du centre médical;

 

♦ veiller à une utilisation efficace et efficiente des ressources allouées aux différentes directions;

 

♦ assister le directeur du centre médical dans l’élaboration, l’implantation et la mise à jour du plan d’organisation de l’établissement;

 

♦ présider les différents comités de coordination des opérations et tout comité ou groupe de travail nécessaire au bon fonctionnement du centre de santé;

 

♦ assurer la conduite de tout autre projet ou mandat confié par le directeur du centre médical.

 

♦ développer et proposer des mécanismes de suivi et des outils de gestion pour s’assurer de la réalisation du plan stratégique, des politiques et des projets organisationnels;

 

♦ assurer la réalisation des études et des analyses nécessaires à l’évaluation de la performance organisationnelle dans l’utilisation de ses ressources;

 

♦ coordonner, dans le cadre de la gestion du portefeuille de projets, l’élaboration d’un plan de priorisation et de réalisation des projets de développement organisationnels;

 

♦ voir au développement et à l’implantation de pratiques novatrices, efficaces et efficientes en matière de gestion des ressources humaines, matérielles, financières et informationnelles

 

♦ faciliter le travail des commissaires aux comptes (vérification interne) en vue d’assurer une gestion des ressources conforme aux normes et règlements en vigueur;

 

 

3.2.4. Le  délégué  à l’information et aux affaires de partenariat entre le ministère de la santé et les autres centres de santé de la région

 

Sous l’autorité du Président de l’association, le délégué à l’information et aux affaires de partenariat planifie, organise et gère les communications, tant à l’interne qu’à l’externe de l’association et du centre médical.

Il élabore le plan de communication des deux structures  et en coordonne la réalisation. Il supporte, par des activités de communication, les volets de la mission relatifs aux soins et services à la population, de même que la sensibilisation et la prévention. Il fournit le support logistique et l’encadrement requis par différents comités.

 

De façon plus spécifique, ses principales fonctions consistent à :

 

♦ coordonner la préparation et assurer la diffusion interne et externe de l’information relative aux différents services de l’établissement et sur la façon d’y accéder;

 

♦ gérer les activités de communication avec les différents médias d’information;

 

♦ coordonner et effectuer le cas échéant, la conception et la rédaction de la documentation requise pour les différentes activités de communication;

 

♦ coordonner la préparation du rapport annuel et organiser la séance annuelle d’information publique;

 

♦ supporter et encadrer les activités de l’Association des bénévoles ;

♦ superviser l’application de la Loi d’accès à l’information dans l’établissement;

 

♦ assurer les liens avec le ministère de la santé publique dans la gestion des dossiers  concernant le centre médical Laafi la Boumbou;

♦ assurer le support logistique du comité de direction.

 

3.2.5. Le commissaire local aux plaintes et à la qualité des services

 

Sous l’autorité du conseil d’administration et en lien fonctionnel avec le directeur du centre médical, le commissaire local aux plaintes et à la qualité des services est responsable du respect des droits des usagers et du traitement diligent de leurs plaintes.

 

À cette fin, il voit à :

 

♦ appliquer la procédure d’examen des plaintes adoptée par le conseil d’administration et ce, dans le respect des droits des patients;

 

♦ diffuser, en collaboration avec le délégué des communications, l’information sur les droits et les obligations des patients et du personnel soignant  sur le code d’éthique;

 

♦ prêter assistance ou voir à ce que soit prêtée assistance à un patient qui le requiert pour la formulation de sa plainte ou toute démarche relative à sa plainte;

 

♦ collaborer avec les directions concernées dans les questions d’ordre disciplinaire soulevées par une plainte à l’égard d’un membre du personnel, d’un médecin,  ou pharmacien;

 

♦ faire des recommandations aux instances concernées afin d’améliorer la qualité des services ou éviter la répétition d’événements indésirables;

 

♦ produire au conseil d’administration les informations nécessaires pour que ce dernier exerce ses responsabilités en matière de protection des droits des patients et le traitement diligent de leurs plaintes;

 

♦ collaborer avec le médecin examinateur désigné par le conseil d’administration pour le traitement des plaintes concernant  tout le personnel du centre médical.

 

 

 

4. L’ORGANISATION CLINIQUE

 

4.1. Les programmes-patientèles soulsouly

 

4.1.1. Les directions de programmes-clientèles

Au total, quatre (4) directions assurent la gestion des programmes-patientèles :

 

♦ la Direction des soins et services généraux et spécialisés en diabètologie et en santé physique;

 

♦ la Direction des soins de la maternité, gynécologie  échographie et pédiatrie;

 

♦ la Direction laboratoire, radiologie, pharmacie ;

 

♦ la Direction de la qualité et de la santé publique.

 

La direction de la qualité et de la santé publique exerce une mission hybride dans la mesure où elle assure à la fois la gestion de programmes-patientèles tout en exerçant un rôle de soutien clinique auprès des autres directions de programmes.

Dans ce cas, nous traiterons de sa mission à la fois dans la rubrique portant sur la gestion des programmes et celle traitant des directions et services de soutien clinique.

 

Sous l’autorité du du directeur du centre médical, le délégué pour les progammes-patientèles soulsouly est responsable de la gestion clinico-administrative des directions de programmes et exerce une autorité fonctionnelle pour assumer cette responsabilité.

 

4.1.2. Les responsabilités des directeurs de programmes-patientèles

En  lien fonctionnel avec le directeur, le délégué est responsable des opérations et  des services professionnels, pour le volet médical, les leaders de programmes assument la gestion des programmes-patientèles dont ils ont la responsabilité. Ils veillent notamment à :

 

♦ établir l’adéquation entre les besoins des patients et les services offerts par les programmes dont ils assument la direction;

 

♦ assurer le respect des patients, l’accessibilité, la continuité, la qualité et la sécurité des services qui lui sont offerts;

 

♦ implanter une philosophie de services axée sur l’amélioration continue de la qualité et le travail en interdisciplinarité;

 

♦ implanter la cogestion médicale en vue d’impliquer les médecins dans la gestion des programmes;

 

♦ établir des liens fonctionnels avec les autres directions de programmes dans une perspective de continuité de services;

 

♦ assurer une gestion efficace et efficiente des ressources humaines, matérielles, financières et informationnelles dédiées aux programmes-clientèles;

♦ participer à l’élaboration du plan de développement des ressources humaines (PDRH) en lien avec les programmes-patientèles soulsouly;

♦ assurer la coordination des activités des programmes soulsouly dont ils ont la responsabilité;

♦ promouvoir activement la mise en place d’activités d’enseignement et de recherche au sein des directions de programmes-clientèles.

 

Membres du comité de direction, les learders des programmes contribuent à l’actualisation de la mission et de la philosophie de gestion du centre médical laafi la Boumbou, ainsi qu’à l’atteinte des objectifs organisationnels.

 

Ils participent également aux travaux des comités de coordination des programmes dont le délégué des programmes et responsable des opérations assume le fonctionnement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Président

du bureau administratif de l’association des diabétiques de Kokologho

 

 

 

 

 

 

 

 

Le comité de gestion  du centre médical et des affaires financières

 

 

 

 

Comité administratif médical du centre

de santé

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commissaire aux plaintes et à la qualité des services

 

Médecin examinateur

 

 

 

 

1-Direction des finances

2-Le comité local de gestion

 

3-Responsable des projets

4-Délégué partenariat

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

5-Commissaires aux comptes

6-Auditeur

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DIRECTEUR DU CENTRE MÈDICAL

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Superviseur des directions de services de santé

Programmes- Patientèles Soulsouly

 

 

 

 

Conseil Médecin -Conseil infirmier

Conseil pharmacie-

conseil multidisciplinaire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Directions des services de santé

 

Secrétariat médical

Ambulance

Surveillance & entretien

 

 
                                                 

 

 

 

 

INFORMATIONS

INFORMATIONS

 

 

Historique de l’association « Laafi la Boumbou »

 

 

Laafi la Boumbou est une Association des diabétiques de Kokologho à but non lucratif,  à l’initiative de Mr Kaboré Zoewend, lui-même  résidant en Suisse.

Fondée en 2006, l'Association  des Diabétiques de Kokologho  Laafi la boumbou  en français « la santé avant tout » est une association à but non lucratif qui compte environ 350 membres. Elle est gérée par un Comité et une Commission médicale.
Laafi la boumbou a pour buts la défense des intérêts des diabétiques dans tous les domaines, de leur apporter, ainsi qu'à leurs proches, la meilleure information possible, de favoriser le dépistage et la prévention du diabète, d'encourager la recherche dans les domaines scientifique et social, de vendre le matériel de contrôle et d'injection agréé.

Comme dans toute trajectoire sociale, il faut combattre les obstacles et les maladies qui jouent un rôle de barrière vis-à-vis de l’épanouissement de l’humain. Pour ne citer que le diabète, c’est une maladie parmi tant d’autres qui demande des moyens financiers et des efforts pour être régulé.

Etre diabétique implique des nécessités et des exigences qui transforment le quotidien. C’est pourquoi un comité suisse de soutien a vu le jour en 2007 afin de soutenir la construction du Centre médical. Nous avons eu le terrain à titre gracieux. La préfecture, la commune ont adhéré le projet. Une convention de partenariat est signée en 2007 avec le Ministère de la santé Publique.

 

Le comité suisse de soutien à l’Association des diabétiques, soutient les partenaires  au Burkina Faso, pour atteindre leurs objectifs assignés en matière de santé communautaire.

Le comité en Suisse est soutenu par Docteur Eric Jacot Diabétologue en matière de conseil de santé et la formation d’un infirmier dans la prévention et la prise en charge du diabète.

Les compétences en matière de santé sont principalement concentrées au sein du Centre de santé Laafi la Boumbou avec le partenariat du Ministère de la santé publique.

 

 

 

COMMISSION MEDICALE DU CENTRE LAAFI LA BOUMBOU

 

Docteur Lambert SIMPORE, Médecin Généraliste et Directeur du centre de santé.

 
   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ses fonctions sont les suivantes :

1. Le premier recours
Les soins sont apportés par le MG au sein de réseaux de proximité, avec un possible transfert de compétences vers la médecine de 2eme ligne (spécialistes) ou de 3eme ligne (le secteur hospitalier)
Le premier recours c'est recueillir TOUTES les plaintes (ou demandes) sans pouvoir à priori en récuser aucune.
Il inclut la gestion du temps, c'est à dire que le MG a, dans la plupart des situations, la possibilité de planifier ses décisions dans le temps sans obligation de diagnostic immédiat (ne pouvant obtenir que des "résultats de consultations" au stade de début)

2. L'approche globale
C'est l'action d'identifier et d'analyser la plainte d’un patient dans 3 champs (OPE = Organe, Personne, Environnement), d'y intégrer l'histoire personnelle du patient, les conditions de survenue des problèmes et d'y apporter une réponse multi dimensionnelle.

3. La continuité des soins

C'est assurer le suivi dans la durée des problèmes de santé d'un patient sans rompre la chaîne des soins, et en s'assurant du transfert interdisciplinaire des données le concernant.

4. La coordination des soins
C'est l'ensemble des procédures qui, à partir du diagnostic de situation dans les 3 champs (OPE) va mobiliser les ressource adaptées, quelles soient médicales ou médico-sociales, faire la synthèse des résultats et en vérifier l'efficience.

5. L'action en Santé Publique
C'est l'activité du MG qui s'inscrit dans une perspective de prévention, d'information, d'éducation et de promotion de la santé, à l'échelon individuel et en relais des priorités nationales.

 

1. élargir le champ d'activité aux besoins et aux demandes du patient
2. répondre à la majorité des motifs de recours aux soins
3. centrer la démarche sur le patient
4. prendre en compte l'environnement du patient
5. gérer simultanément des plaintes et des pathologies multiples
6. assurer un suivi au long cours
7. connaître la faible prévalence des maladies graves
8. intervenir au stade précoce des maladies
9. pratiquer avec un rapport coût-efficacité favorable
10. s'adapter à des populations extrêmement variées


Prendre en charge un problème de santé non différencié en contexte de soins primaires
Prendre en charge successivement ou simultanément des situations de nature différente (appareils différents, pathologies organique et fonctionnelle, problèmes sociaux et administratifs, ...)
Synthétiser les données recueillies
 Élaborer et proposer une prise en charge globale, adaptée au patient et au contexte, en l'absence fréquent de diagnostic nosographique


Communiquer de façon efficiente avec le patient et son entourage

Développer une écoute active et empathique
Adapter la réponse aux caractéristiques du patient
Expliquer une décision, une prescription;
annoncer une nouvelle grave
Tenir compte de ses émotions et de celles du patient

Prendre une décision en contexte d'urgence et/ou en situation d'incertitude
Faire face à des situations aiguës et/ou vitales rencontrées en médecine générale (infarctus, OAP, crise d'asthme, traumatisme, agitation, situations psychiatriques)
Organiser sa trousse d'urgence

Exécuter avec sécurité les gestes techniques les plus fréquents en médecine générale

liste des gestes et techniques

Entreprendre des actions de santé publique
Identifier des comportements à risques et mettre en route des actions de prévention individuelle et collective
Mettre en oeuvre des actions de dépistage pertinentes
Participer à des actions de recueil épidémiologique
Gérer et exploiter les données du dossier médical des patients
Démarrer ou collaborer à une recherche

Assurer sa formation personnelle

Lire de façon critique
Participer aux actions de FMC
Participer aux recherches

Éduquer le patient à la promotion et à la gestion de sa santé et à la gestion de sa maladie
Participer à des actions ou des réunions d'éducation sanitaire
Établir un diagnostic éducatif
Proposer un projet de soins
Construire une alliance thérapeutique

Évaluer sa pratique
Mettre en place une évaluation individuelle ou collective de sa pratique

Travailler en équipe et/ou en réseau lors des situations complexes, aiguës et chroniques.
Élaborer des coopérations avec d'autres partenaires
Participer aux réseaux de soins

Assurer la continuité des soins,pour toutes les catégories de la population.
Assurer le suivi entre domicile et hôpital
Collaborer avec les partenaires médico-sociaux
Collaborer au système de gardes

Appliquer les dispositions réglementaires dans le respect des valeurs éthiques
dispositions médico-légales (certificats, protection,...),
dispositions réglementaires dispositions médio-administratives (dispositif conventionnel, fiches administratives,...)
dispositions déontologiques (secret professionnel, information et consentement, ...)

Assurer la gestion administrative, financière, humaine et structurelle du centre de santé

Fiscalité
comptabilité
secrétariat
évaluation des risques et hygiène
informatique
dossier médical
organisation du temps et du travail

 

 

 

 

Madame Larissa YELEKOURE Infirmière et Monsieur Yobi Jean-Pierre BEBAMBA, Infirmier

Major du centre de santé

 

 

       
   
     
 

 

 

 

 

 

                                                                               

 

 

 

Les fonctions  consistent à :

  •  évaluer l’état de santé d’une personne et analyser les situations de soins ;
  •  concevoir et définir des projets de soins personnalisés ;
  •  planifier des soins, les prodiguer et les évaluer ;
  •  mettre en œuvre des traitements.

Monsieur Bebamba dispense des soins de nature préventive, curative ou palliative, visant à promouvoir, maintenir et restaurer la santé. Il contribue à l’éducation à la santé et à l’accompagnement des personnes ou des groupes dans leur parcours de soins en lien avec leur projet de vie.

Monsieur Bebamba intervient dans le cadre d’une équipe pluri professionnelle, dans des structures et à domicile, de manière autonome et en collaboration.  

1. Observation et recueil de données cliniques ;

2. Soins de confort et de bien-être ;

3. Information et éducation de la personne, de son entourage et d’un groupe de personnes ;

4. Surveillance de l’évolution de l’état de santé des personnes ;

5. Soins et activités à visée diagnostique ou thérapeutique ;

6. Coordination et organisation des activités et des soins ;

7. Contrôle et gestion de matériels, dispositifs médicaux et produits ;

8. Formation et information de nouveaux personnels et de stagiaires ;

9. Veille professionnelle et recherche.  

 

Madame Wendyidé Larissa OUEDRAOGO, vendeuse en pharmacie

 

Madame Wendyidé Larissa OUEDRAOGO a pour rôle d’assister le personnel soignant. Elle participe à l’accueil des clients en officine, à l’identification des prescriptions médicales, à la délivrance des produits pharmaceutique et parapharmaceutiques, au conseil et à l’orientation des malades, elle contribue aussi à la gestion de l’officine. Etre capable de :

De contrôler les produits et de les délivrer ; De conseiller la clientèle
De gérer les stocks.